Accueil > Mouvements des femmes > Journée Internationale de la Femme : Plus de 100 ans déjà !

Journée Internationale de la Femme : Plus de 100 ans déjà !

Il y a un siècle, le 8 mars 1910 est née, à Copenhague, lors d’une conférence internationale, la journée internationale de la femme. Adoptée par les Etats à des époques différentes. Pour l’Afrique, c’est après les indépendances, précisément avec la première conférence mondiale sur les femmes à Mexico en 1975.

Trois décenie du combat féministe en Afrique

Il y a 100 ans, le 8 mars 1910 est née, à Copenhague, lors d’une conférence internationale, la journée internationale de la femme. En Afrique, c’est après la première conférence mondiale sur les femmes à Mexico en 1975 que beaucoup de femmes en Afrique ont commencé le militantisme féminin. Des groupes se sont formés au Sénégal, au Cameroun, en Afrique du Sud puis au Kenya, en Tanzanie, en R. D. Congo.

Lire articles suivants :

Albertine Tshibilondi Ngoyi, Mouvement féminin en Afrique. De Mexico à Pékin

Anne-Béatrice Faye, Inventaire des recherches féminines au Sénégal,

35 ans (1975-2010), un anniversaire en demi-teinte pour les Africaines

Les femmes africaines contribuent énormément à la famille, à la société et même dans les Eglises. Elles possèdent de nombreuses capacités et ressources, très peu reconnues encore dans la société. Mais leur dignité en tant que « sujet » et « personne » et leurs nombreuses capacités ne sont pas pleinement reconnues et appréciées. De plus, leurs droits fondamentaux sont bafoués.-----

Malgré quelques progrès, encore des discriminations

Malgré quelque progrès réalisé dans l’éducation primaire (ou élémentaire), l’accès des filles à l’éducation de qualité reste un parcours des combattantes dans beaucoup de pays en Afrique subsaharienne. Il existe un écart dans l’éducation des filles et des femmes qui viennent derrière celle des garçons et des hommes. Plusieurs facteurs socio-culturels, économiques expliquent l’abandon scolaire des filles. 80% des femmes adultes sont encore analphabètes, surtout en milieu rural. Bref, beaucoup de discriminations perdurent encore à l’égard des filles et des femmes traitées dans la société africaine de manière injuste.
En cette journée internationale de la femme, nous dénonçons toute forme d’actes de violence, physique ou psychologique, contre les femmes : par exemple les molestations contre les femmes, le déshéritement des filles, l’oppression des veuves au nom de la tradition, les mariages forcés, les mutilations d’organes génitaux, la traite des femmes et nombreux autres abus tels que l’esclavage sexuel et le tourisme sexuel. Bref, tous les actes d’inhumanité et d’injustice contre les femmes africaines sont dénoncés et également condamnés.-----

Dénoncer, condamner, mais aussi agir

En Afrique
Au lieu de laisser les filles et les femmes uniquement avec « leurs droits », il est important d’agir en faveur de l’application de ces droits dans le concret. Ainsi, l’éducation, la formation et la sensibilisation à tous les niveaux restent un moyen stratégique pour la transformation et l’évolution de de la condition des filles et des femmes africaines. D’où les actions coup de poing
- Pour la formation et la sensibilisation des filles et des femmes à tous les niveaux. Appuyer la scolarisation des filles et l’alphabétisation des femmes adultes
- Appui pour les recherches et études minutieuses sur le genre en Afrique, afin de mieux combattre les discriminations liées au genre
- Appui aux initiatives d’autonomisation des femmes par l’accès aux micro-crédits,
- Poursuivre le plaidoyer pour que cesse la guerre, le pillage des ressources naturelles et les violences sexuelles aux femmes.
- Sensibiliser aux droits civiques pour une plus grande participation des femmes dans la prise de décision et le respect de leurs droits (revoir le code familial, le code de travail…).-----

En Asie

Divers facteurs culturels traditionnels expliquent l’élimination des foetus féminins : le fils assure la lignée familiale ainsi que la transmission du patrimoine, il accomplit les rites funéraires, est censé assurer les vieux jours de ses parents, ... En outre, en Chine, la politique de l’enfant unique est effective depuis 1979.
On assiste actuellement à un trafic de femmes nord-coréennes vendues à des paysans chinois. Il en est de même pour des femmes originaires du Vietnam ou de Birmanie. En Inde, le coût prohibitif de la dot convainc en faveur de l’avortement...
Les mentalités bougent
Néanmoins, grâce au combat féministe, les gouvernements indiens et chinois semblent désormais conscients de l’importance de valoriser une certaine image féminine. Des campagnes d’information sont ainsi organisées, des subventions accordées à la naissance des filles, des bourses d’études, etc.

En Europe et en Amérique

La lutte contre la traite humaine, l’exploitation des femmes migrantes, le chômage, l’inégalité des salaires et l’inégalité en politique et dans les postes de décisions, ...sont là des combats de lutte des femmes à travers le monde.

Pr. Albertine Tshibilondi

CEAFRI