Accueil > Mouvements des femmes > Violence > La santé mentale, la charge mentale des femmes. Témoignage sur les effets (...)

La santé mentale, la charge mentale des femmes. Témoignage sur les effets pervers de la violence

La violence n’est pas que physique, elle est dévastatrice et plus profonde qu’on ne l’imagine. Elle est aussi psychologique, morale et spirituelle avec un impact sur la santé mentale de la personne à cause de la charge mentale suite à la violence multiforme. Découvrons ce témoignage interpellant.

Témoignage

Écoutons ce témoignage poignant d’une victime de la violence qui a préféré l’anonymat. C’est un acte courageux de dénoncer la violence vécue dans la sphère privée, intime de la famille. Elle décrit la souffrance mentale, psychique et les mécanismes de manipulation avec les effets pervers sur sa santé mentale.
"La violence que j’ai subie est psychologique et morale. Lorsqu’on parle de la violence, beaucoup des personnes pensent d’abord à la violence physique (parce que visible) ; on pense à la femme battue. Mais on ignore souvent la violence psychologique ou psychique et la violence morale qui sont invisibles et plus profondes. En effet, un ou une partenaire abuse souvent de notre période de "faiblesse" (de vulnérabilité), de notre "fragilité" pour nous briser moralement, psychiquement et donc physiquement tout en employant un jeu de manipulation avec ruse et parfois cynisme, ‘’d’un côté il joue avec nos sentiments, et de l’autre côté, il nous tend la main et nous sourit’’ ; C’est-à-dire qu’il ou elle nous épuise moralement, psychologiquement et donc physiquement puisque le corps subit les effets psychologiques. Dès qu’on se rend compte qu’on est fatigué, épuisé et qu’on en peut plus, il faut dire stop à ce genre de violence qui nous mine de l’intérieur, parce qu’invisible, on ne peut pas la voir. Mais cette violence psychologique nous mène à la souffrance psychique indicible, à la dépression dans la plupart des cas, et au désespoir’’.

Accompagnement complet de la personne

La violence quelle qu’elle soit détruit la personne avec la perte de confiance en soi, d’estime de soi allant jusqu’au désespoir. C’est pourquoi la violence ne peut être banalisée. Il s’agit du rapport de pouvoir, de domination dans une relation inégalitaire entre les sexes. D’où l’importance d’une prise en compte de tous les aspects : physique, et aussi psychologique, moral, spirituel lors de l’accompagnement de la victime". MN

CEAF&RI reste ouvert à vos témoignages et pour tout échange. Suivez-nous aussi sur notre page Facebook : ceaf&ri
Contact : CEAFRI