Accueil > Mouvements des femmes > Violence > « Je dénonce » :

« Je dénonce » :

Déclaration de la femme congolaise sur les violences sexuelles comme arme de guerre

A l’occasion de la Journée Internationale de la femme sur le thème national « le leadership agissant de la femme contre le VIH/SIDA », les femmes congolaises vont diffuser le message « Je dénonce », cri de détresse des atrocités des violences sexuelles utilisées comme arme de guerre ; un moyen de propagation du VIH/SIDA pour décimer à termes les populations congolaises.

« Je dénonce » est diffusé lors des actions de plaidoyer et de sensibilisation sur la situation exponentielle des violences sexuelles et du VIH/SIDA liés aux conflits armés et de la nécessité de la culture de la paix aux niveaux régional et sous régional.

« Je dénonce »

Moi, Femme de la République Démocratique du Congo,
Des profondeurs de mon pays, violentée et meurtrie depuis que j’ai accepté en 1994, d’offrir mon hospitalité dans le cadre du couloir humanitaire de l’Opération Turquoise …

Je dénonce,

- Je dénonce que je suis déshumanisée ...
- Je dénonce que je suis violée par des cohortes armées, par des bandits de tout bord
- Je dénonce que je suis transformée en bête de somme sexuelle ;
- Je n’ai pas d’âge : je suis une petite fille violée dès mon berceau, je suis une jeune fille à l’avenir brisé par les viols, je suis une mère de famille disloquée par les violences sexuelles ; je suis une vielle femme déshonorée et avilie par des inconnus…

Ils m’ont violée :

- devant mes parents ;
- devant mes enfants ;
- devant mon mari ;
- devant mes amis ;
- devant mes voisins ;
- et même dans la rue.

Je n’ai pas de visage, je n’ai plus d’âme, je n’ai plus de vie ... Je n’ai plus de sourire, je n’ai que des pleurs.

- Le viol massif des femmes au Congo est utilisé comme une arme de guerre pour briser les consciences.
- Il est un moyen de propagation du VIH/SIDA pour décimer à termes les populations congolaises.
- Les grossesses précoces et non désirées sont légion ;
- Les déformations des membres et des parties génitales pullulent ; Les familles, creuset de la vie sont disloquées ;
- Les déplacements massifs des populations sans logis et soumises à l’errance sont généralisés et récurrents ;
- L’aggravation de la pauvreté a atteint des limites extrêmes.

Face à cette hécatombe qui continue à s’abattre sur la femme du Congo, Que fait le Monde ?

Qu’a-t-on fait des engagements contenus dans

- la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies d’Octobre 2000 ?
- La Résolution 1820 du Conseil de Sécurité de Juin 2008 ?
- Le Protocole sur la Prévention et la Répression des violences sur les femmes et les enfants de décembre 2006 ?
- Le Pacte sur la Sécurité, la Stabilité et le Développement dans la Région de Grands Lacs du 15 décembre 2006 ?
- Les Résolutions sur les violences sexuelles faites aux femmes en RDC, prises par le Parlement Belge le 08 Décembre 2004 ?
Faisant appel à la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme, au droit à la vie, à la sécurité et à la dignité ;

Je dis

- Stop aux violences sexuelles faites à la femme ;
- Stop aux bandes armées : CNDP, FDLR, LRA ...
- Stop à la balkanisation de la République Démocratique du Congo ;
- Stop aux traitres ;
- Stop aux agresseurs ;
- Stop aux pilleurs et aux receleurs des ressources naturelles.

Devant quatre millions de morts et deux millions de déplacés de cet holocauste oublié du Congo ;
Combien en faut-il encore pour que le Monde mette fin à ma détresse et à ma douleur.

- Je crie
- Je VEUX vivre en paix et dans la dignité ...
- Je dois vivre en paix et dans la dignité
(…)

Fait à Kinshasa, le 8 novembre 2008
La Femme Congolaise, pour le 8 mars 2009